Salle comble pour le premier conseil national des solutions organisé samedi 16 octobre 2021. © Mackly Ford Cenor/Épatant

Conseil national des solutions : les maires des banlieues veulent apporter des réponses concrètes

/
4 mins read

A l’initiative du maire de Grigny, Philippe Rio, des élus de banlieues ont lancé, samedi 16 octobre, le Conseil national des solutions sous le thème “le sport au service de la République”. L’objectif est de partager des idées pour apporter des réponses concrètes aux problèmes des quartiers.

Salle comble pour le premier conseil national des solutions organisé samedi 16 octobre 2021 à l’Accor Arena. Des maires de banlieues de différents bords politiques, des responsables d’organisations et d’associations, des entraineurs et des sportifs venus de toute la France ont pris part au lancement de cette initiative. La place du sport dans le développement des quartiers était au cœur des débats. “Nous voulons affirmer aujourd’hui que le sport ne doit plus être la cinquième roue de carrosse de nos politiques publiques”, lance tout de go Philippe Rio, l’un des organisateurs de l’événement. “Fort de nos expériences, nous pensons que le sport doit jouer pleinement son rôle sociétal et avoir une place déterminante dans nos quartiers pour construire des hommes et des femmes à côté des parents et de l’éducation nationale”, poursuit l’édile de Grigny qui a été élu meilleur maire du monde en 2020 par la City Mayors Foundation.

500 jeunes au Crédit Agricole

Durant tout le conseil, élus et responsables d’associations ont pris la parole pour partager leurs idées avec leurs collègues mais aussi pour présenter les initiatives qu’ils ont déjà entreprises.

C’est le cas, par exemple, du président de l’Agence pour l’éducation par le sport (Apels), Jean-Philippe Acensi, qui a fait savoir que son association a “placé 500 jeunes sportifs issus des quartiers populaires” dans les agences de Crédit agricole depuis 5 ans grâce au programme “d’école d’inclusion par le sport” mis en place par Apels. “Notre objectif c’est de permettre aux jeunes sportifs d’intégrer les entreprises et d’avoir un emploi stable”, a rappelé le président annonçant dans la foulée l’ouverture prochaine d’un centre de formation pour les coachs d’insertion à Garges-lès-Gonesse (Val-d’Oise). Implantée en France depuis 26 ans, l’association permet à des jeunes d’être reconnus pour leurs compétences et valeurs et d’accéder à l’emploi.

1000 nouveaux dojos pour 2024

De son côté, le président de la fédération française de judo, Stéphane Nomis, entrepreneur et ancien judoka, annonce la création de 1000 dojos sociaux dans “les quartiers populaires et défavorisés” dans toute la France. Ces structures vont permettre à “des milliers de jeunes d’être les acteurs d’une génération sportive, éduquée, pleine de rêves et d’ambitions et ainsi participer à la construction de l’héritage Paris 2024″.

Pour leur part, les maires comptent créer “des cités olympiques” selon le modèle des cités éducatives proposé par le plan Borloo en 2018 afin de réduire les inégalités sociales dans les quartiers défavorisés.

A rappeler que ce premier conseil national des solutions intervient quatre ans après “l’appel de Grigny” de 2017 où plusieurs maires de banlieues avaient fait plusieurs réclamations auprès de l’exécutif notamment la suspension immédiate des contrats aidés, leur maintien et leur renouvellement.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Previous Story

Festival de la forêt et du bois : le programme de la 5e édition

Next Story

Mohammed Errafi, fondateur de Gravipack, le sac-à-dos au poids plume

Latest from Blog

0 0,00