10 CLASSIQUES QU’ON PEUT TOUJOURS LIRE (OU RELIRE)

17 mins read

Vous avez souffert lorsqu’on vous a imposé de lire Le Père Goriot. Vous avez fait l’impasse sur Les mémoires d’outre-tombe. Normal, vous étiez jeune. Plus tard, vous n’avez pas osé vous replonger dans ces grands classiques. Allez, du cran :  il n’est jamais trop tard pour lire, ou relire, ces œuvres essentielles. 

 

LE MARIN DE GIBRALTAR, Marguerite Duras

Un homme en vacances délaisse sa femme pour aller sur le bâteau d’Anna, une riche américaine parcourant les océans à la recherche d’un marin dont elle est encore amoureuse. Il est clair pour nous que ce livre (d’ailleurs toute l’œuvre de Duras ; nous nous abstenons de vous rabâcher l’unique et irremplaçable Amant…) se place dans nos chouchous littéraires. Pour en saisir toute la beauté et l’originalité, avoir déjà lu Stendhal et Flaubert permet peut-être de comprendre pleinement la rupture opérée par cette voix féminine, singulière, dans un XXe siècle attaché à la remise en cause des formes littéraires traditionnelles. Le marin de Gibraltar est un voyage émouvant, poétique et qui ne laisse personne indifférent. Une belle porte d’entrée en littérature. 

« Quand je voyageais j’avais toujours de ces acharnements-là, il me fallait toujours voyager davantage, et ce jour-là, la seule idée d’attendre au lendemain pour voir Florence m’était insupportable. Je n’aurais sans doute pas su dire pourquoi, ce que j’attendais de cette ville, quelle révélation, quel répit j’en espérais. Si je n’avais plus en effet d’autres impatiences que celles-là je ne les élucidais jamais. »

 

À LA RECHERCHE DU TEMPS PERDU, Marcel Proust

Comment apprécier réellement Proust ? Sa juste valeur est au-delà des justes valeurs et il justifie à lui-même la beauté de la littérature, figurant certainement parmi les meilleurs romanciers de l’histoire. Son originalité réside à la fois dans la façon avec laquelle il traite la bonhomie aristocrate des familiers qui l’entourent, mais aussi dans la manière, exquise, dont il s’empare tour à tour des bons jeux du quotidien, avec l’époustouflante facilité d’un vocabulaire délicieux. Une fois Proust lu, votre vie ne sera plus jamais la même. Conventions sociales et jeux de subtilité seront aperçus sous l’envers d’un regard… proustien. 

« Sans doute, dans le Swann qu’ils s’étaient constitué, mes parents avaient omis par ignorance de faire entrer une foule de particularités de sa vie mondaine qui étaient cause que d’autres personnes, quand elles étaient en sa présence, voyaient les élégances régner dans son visage et s’arrêter à son nez busqué comme à leur frontière naturelle ; mais aussi ils avaient pu entasser dans ce visage désaffecté de son prestige, vacant et spacieux, au fond de ces yeux dépréciés, le vague et doux résidu – mi- mémoire, mi-oubli – des heures oisives passées ensemble après nos dîners hebdomadaires, autour de la table de jeu ou au jardin, durant notre vie de bon voisinage campagnard. »

MADAME BOVARY, Flaubert

Vous l’évitiez depuis les années collège, il est temps de le ré-envisager. Sous le récit d’une vie monotone de femme malheureuse en mariage, se tisse la prouesse évocatrice des miracles esthétiques de l’écriture de Flaubert. D’une beauté indicible, certains passages vous bouleverseront et vous feront aimer, pour de vrai, la littérature avec un grand Q.

« Et elle lui passait la main dans les cheveux, lentement. La douceur de cette sensation surchargeait sa tristesse ; il sentait tout son être s’écrouler de désespoir à l’idée qu’il fallait la perdre, quand, au contraire, elle avouait pour lui plus d’amour que jamais ; et il ne trouvait rien ; il ne savait pas, il n’osait, l’urgence d’une résolution immédiate achevant de le bouleverser»

 

LES ILLUMINATIONS, Rimbaud

Recueil poétique magnifique. Expérience littéraire hors norme, dans laquelle mots et images sont associés avec une audace aussi romantique que rebelle. Œuvre ayant redéfini les contours de la poésie de par son éloignement des formes traditionnelles, Les Illuminations font preuve d’une singularité étonnante. De quoi séduire le punk qui sommeille en vous. 

« À la lisière de la forêt, — les fleurs de rêve tintent, éclatent, éclairent, — la fille à lèvre d’orange, les genoux croisés dans le clair déluge qui sourd des prés, nudité qu’ombrent, traversent et habillent les arcs-en-ciel, la flore, la mer. »

 

LE PORTRAIT DE DORIAN GRAY, Oscar Wilde

Récit d’un jeune homme à la beauté ravageuse, refusant de se voir vieillir, ce roman narre autant l’homosexualité d’Oscar Wilde qu’il fictionnalise les penchants de ce dernier pour l’immortalité. Un magnifique récit, empreint de romantisme, qui éveillera, chez les natures les plus sensibles, des sentiments troubles. 

« Dorian ne répondit pas ; il arriva nonchalamment vers son portrait et se tourna vers lui… Quand il l’aperçut, il sursauta et ses joues rougirent un moment de plaisir. Un éclair de joie passa dans ses yeux, car il se reconnut pour la première fois. Il demeura quelque temps immobile, admirant, se doutant que Hallward lui parlait, sans comprendre la signification de ses paroles. Le sens de sa propre beauté surgit en lui comme une révélation. Il ne l’avait jusqu’alors jamais perçu. Les compliments de Basil Hallward lui avaient semblé être simplement des exagérations charmantes d’amitié. Il les avait écoutés en riant, et vite oubliés…  »

 

VOYAGE AU BOUT DE LA NUIT, Céline

Ça passe ou ça casse. Indispensable numéro un de Fabrice Luchini, ce livre peut autant vous assommer d’ennui que vous toucher infiniment, par l’émotion inimitable suscitée par une prose révolutionnaire. Véritable expérience de lecture, c’est une syntaxe nouvelle qui se donne à lire. Les mots bondissent de la page, les lecteurs de leur siège… Voyage au bout de la nuit est la révolution littéraire du XXe siècle. Certaines descriptions, de la ville de New-York notamment, sont à couper le souffle. Il est nécessaire de le lire, ne serait-ce que pour l’irascible d’une écriture qui dit tout des atrocités de la guerre. 

« Les gens de Paris ont l’air toujours d’être occupés, mais en fait, ils se promènent du matin au soir ; la preuve, c’est que, lorsqu’il ne fait pas bon à se promener, trop froid ou — trop chaud, on ne les voit plus ; ils sont tous dedans à prendre des cafés crème et des bocks. C’est ainsi ! Siècle de vitesse ! Qu’ils disent. Où ça ? Grands changements ! Qu’ils racontent. Comment ça ? Rien n’est changé en vérité. Ils continuent à s’admirer et c’est tout. Et ça n’est pas nouveau non plus. Des mots, et encore pas beaucoup, même parmi les mots, qui sont changés ! Deux ou trois par-ci, par-là, des petits… » Bien fiers alors d’avoir fait sonner ces vérités utiles, on est demeu- rés là assis, ravis, à regarder les dames du café. »

 

L’INSOUTENABLE LÉGERTÉ DE L’ÊTRE, Kundera

Bon, d’accord. Tout le monde l’a lu, on sait. Mais, le saviez-vous ? Ça reste un chouette bouquin à la
limite entre l’essai et le roman. Il est amusant de voir comment on peut allier la toge du philosophe à l’histoire d’un romancier. Excellent rapport facilité de lecture / acquisition de savoir. Pour peu
d’efforts – étant rapidement emporté par la force narrative – vous sortirez de cette lecture en ayant l’impression d’être savant. Et puis, le titre finit forcément par sortir dans 80% des conversations du
moment. Donc, rien que pour tenir la route durant votre prochain dîner, lisez-le. Ça vaut le coup. 

« La force secrète de son étymologie baigne le mot d’une autre lumière et lui donne un sens plus large : avoir de la compassion (co-sentiment), c’est pouvoir vivre avec l’autre son malheur mais aussi sentir avec lui n’importe quel autre sentiment. : la joie, l’angoisse, le bonheur, la douleur. Cette compassion-là désigne donc la plus haute capacité d’imagination affective, l’art de la télépathie des émotions. Dans la hiérarchie des sentiments, c’est le sentiment le plus suprême. »

 

LE ROUGE ET LE NOIR, Stendhal

Magnifique roman d’apprentissage, suivant le parcours frapadingue et ambitieux d’un Julien Sorel à l’attaque des mondanités bourgeoises d’une capitale cerclée d’aspirations et de gloire, Le Rouge et le Noir est autant la marque du génie de Stendhal, qu’un immense roman tapissé de rebondissements. Il ne manquera pas d’enthousiasmer les plus réticents à la littérature. Le suspense de cette œuvre étant plus ténu que celui de votre série Netflix actuelle, vous aurez du mal à vous en séparer avant de l’avoir terminée. 

« L’existence de madame de Rênal fut changée. Julien l’aimait donc bien, puisque de lui-même il avait trouvé l’idée de la revoir ! Son affreuse douleur se changea en un des plus vifs mouvements de joie qu’elle eût éprouvés de sa vie. Tout lui devint facile. La certitude de revoir son ami ôtait à ces derniers moments tout ce qu’ils avaient de déchirant. Dès cet instant, la conduite, comme la physionomie de madame de Rênal, fut noble, ferme et parfaitement convenable. »

SUR LA ROUTE, Kerouac

Écrit d’une traite, ce livre génial raconte l’histoire d’un road trip aux États-Unis. Ce roman vous aspirera, à toute vitesse, à tous les mots, par tous les maux… Narrant une véritable lucidité sur un couple qui bat de l’aile, sur la misère économique américaine, sur la fuite de soi et le refus de l’autre, Sur la Route est une ode à la liberté qui se vit sur les grandes routes américaines. N’hésitez pas à faire suivre la lecture d’une séance ciné de l’indémodable Thelma et Louise, pour rester dans le thème.

« En guise de repas d’adieu nous mangeâmes des saucisses aux haricots dans un Riker de la Septième Avenue, et puis Dean monta dans le car affiché Chicago qui disparut en grondant dans la nuit. C’est là qu’allait notre cow-boy. Je me promis à moi-même de prendre le même chemin quand le printemps resplendirait vraiment et s’épanouirait dans les champs »

 

 

LES MOTS, Sartre

À lire comme un journal intime pour découvrir le génie acerbe de Sartre et entrer dans la vie si particulière d’un homme qui a marqué son époque par sa philosophie. 

« Mes travaux scolaires ne me laissaient pas le temps d’écrire ; mes nouvelles fréquentations m’en ôtèrent jusqu’au désir. Enfin j’avais des camarades! Moi, l’exclu des jardins publics, on m’avait adopté du premier jour et le plus naturellement du monde : je n’en revenais pas. À vrai dire mes amis semblaient plus proches de moi que des jeunes Pardaillan qui m’avaient brisé le cœur : c’étaient des externes, des fils à maman, des élèves appliqués. N’importe : j’exultais. J’eus deux vies. »

 

Par Auriane Martino

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Previous Story

AGNÈS B., LA STYLISTE ANTI-MODE

Next Story

REBECCA ZLOTOWSKI, VIVRE ABSOLUMENT

Latest from Blog

0 0,00