Pierre-Emmanuel a co-créé Zack en 2016 qui collecte des produits électroniques obsolètes afin de leur donner une seconde vie. /©Zack

Concilier entrepreneuriat et défense de l’environnement, c’est possible, selon Pierre-Emmanuel Saint Esprit, co-créateur de Zack

8 mins read

Zack collecte des produits électroniques obsolètes pour les réparer ou les recycler afin de leur donner une seconde vie. A travers cette initiative, deux entrepreneurs veulent contribuer à montrer qu’on peut créer de la richesse tout en protégeant l’environnement.

Sans expérience de l’écologie, Pierre-Emmanuel de Saint Esprit a découvert le sujet pendant ses études à Berkeley en Californie. Depuis lors, il ne pense qu’en termes d’économie circulaire pour concilier entrepreneuriat et environnement. Avec son ami Timothée Mevel, il fonde Zack en 2016 dont la mission est de garantir une seconde vie aux produits électroniques afin notamment de réduire l’empreinte carbone de cette industrie. “Ce qui est passionnant avec l’économie circulaire, c’est que l’on crée de la richesse tout en protégeant la planète. C’est différent avec l’économie classique qui prend très peu en compte la protection de l’environnement”, s’enthousiasme l’entrepreneur.

Réparer, recycler

Zack récupère tous types de produits électroniques obsolètes auprès des entreprises comme des particuliers. Pour les entreprises, elle va les chercher sur place. Dans l’atelier, les techniciens de Zack réalisent un inventaire précis des produits collectés. Cette première étape permet de déterminer les appareils qui ont encore de la valeur sur le marché et ceux qui n’en ont plus. Pour ces derniers, deux solutions : soit Zack les donne à des associations s’ils peuvent encore servir, soit ils partent au recyclage. Ceux qui peuvent être vendus sont envoyés chez des réparateurs en France.

Les technicien de Zack réalisent un inventaire précis des produits collectés./© Zack

30 jours après la collecte, l’entreprise envoie aux clients un rapport financier qui indique le prix de vente de son produit et un bilan RSE* dans lequel est mentionnée la quantité d’émission de CO2 qui a pu être évitée grâce au traitement de son appareil. Pierre-Emmanuel ajoute que « Zack leur délivre aussi un certificat de lutte contre le gaspillage des produits électroniques labellisés par l’ADEME comme entreprise engagée pour la transition écologie ».

Pour les particuliers, le procédé est différent. Pour donner vos appareils électroniques, vous devez vous rendre sur le site internet de la société et remplir un formulaire dans lequel vous faites la liste de tous vos produits. Ensuite vous les envoyez à Zack par la poste. Après inventaire, l’entreprise vous informera de leur sort.

Une démarche vitale pour la planète

Près de 54 millions de tonnes de déchets électroniques ont été générés dans le monde en 2019*. Un chiffre en hausse de près de 2 millions de tonnes par an durant ces cinq dernières années. Ces déchets ont de graves conséquences directes et indirectes sur la planète d’après Pierre-Emmanuel Saint Esprit. Il pointe du doigt le rythme d’extraction des ressources naturelles qui servent à fabriquer les appareils électroniques. « Les ressources s’amenuisent », constate-t’il avec amertume. « Il y en a de moins en moins. On est en train d’épuiser la planète. Elle n’est plus capable de régénérer suffisamment de ressources face à leur utilisation excessive ».

Mais il y a encore une autre conséquence : le volume de CO2 émis lors de l’extraction et le transport de ces ressources contribue grandement au réchauffement climatique. « La conception libérale de production et de distribution des produits électroniques génère beaucoup de gaz à effet de serre », regrette l’entrepreneur qui incite à ne plus consommer que du neuf. « Il faut faire en sorte d’acheter beaucoup plus de matériel reconditionné. C’est un acte écocitoyen qui permet d’éviter de polluer encore plus la planète. Zack s’inscrit dans cette idée : encourager les particuliers comme les entreprises à réduire leur production de déchets pour préserver l’environnement et économiser les ressources naturelles ».

Une démarche responsable et un impact social

Rien que depuis le début de l’année, le volume de déchets électroniques récupéré par Zack a permis d’éviter l’émission de plus de 2.500 tonnes de CO2. L’entreprise est actuellement présente en France et en Belgique. Elle emploie une cinquantaine de salariés tous en réinsertion professionnelle. « Nous voulons aussi avoir un impact social avec notre démarche. C’est pour cette raison que nous avons embauché ces gens qui n’ont pas forcément de grandes qualifications ». « Nous les formons aux méthodes et techniques nécessaires pour opérer sur nos chaines d’approvisionnement et de tri ».

Une charte d’engagements pour l’écologie

Pierre-Emmanuel Saint Esprit compte interpeller les responsables politiques sur les dangers qui pèsent sur notre planète. Aussi, a-t-il lancé en début d’année une consultation publique en ligne afin d’évaluer les attentes de la population sur l’économie circulaire. A l’issue de cette consultation, il rédigera une charte d’engagements pour l’écologie qu’il veut faire signer aux candidats de la présidentielle de 2022.

Comment nous bouger avec Zack :

Si vous êtes un particulier : Rendez-vous sur le site internet de Zack pour faire la liste de vos produits pour ensuite les envoyer.

Si vous êtes une entreprise ou une organisation, cliquez ici pour demander à être rappelée par l’équipe de Zack.

Source* : Global E-waste Monitor 2020

RSE* : Responsabilité Sociétale des Entreprises

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Previous Story

Séisme en Haïti : deux ONG françaises lancent un appel au don pour aider les victimes

Next Story

Suède : une entreprise a produit et livré le premier acier sans charbon

Latest from Blog

0 0,00