La première grande ferme agroécologique d’Île-de-France prend son envol

/
5 mins read

Créé par un groupe de passionné le projet de la « Ferme de l’Envol » dans l’Essonne a maintenant déployé ses ailes. La première grande ferme agroécologique d’Île-de-France monte en puissance malgré les embûches en créant un modèle original destiné à inspirer des projets dans toute la France et en Europe.

Sur 53 Ha, six producteurs (cinq maraichers et un éleveur) emmenés par Eric Châtelet et Laurent Marbot (ancien Président du GAB d’Ile de France) s’activent dans les immenses serres pour honorer les commandes qui affluent à la ferme. Ce sont plus de 300 tonnes de produits fruits et légumes Bio qui, depuis l’année dernière, approvisionnent en proximité les AMAP et les partenaires fondateurs du projet parmi lesquels on trouve le fameux restaurant Dans le Noir ? rue Quincampoix, les restaurant du groupe Septime et Alancienne. Une production qui continuer à grossir et à se diversifier. 70 brebis viennent d’arriver à la ferme qui prévoir de vendre de l’agneau bio dès l’année prochaine.

Au-delà de produire du bio de proximité (donc avec un faible impacte carbone) avec des méthodes agroécologiques, la Ferme de l’Envol a voulu créer un modèle économique viable mais qui prend aussi en compte une dimension sociale vis-à-vis des producteurs. D’abord en leur garantissant un revenu décent : ce sont les partenaires fondateurs et clients qui assurent notamment le risque climatique. Une solution plus juste puisqu’il leur est plus facile d’adapter les prix et parce que pour certains d’entre eux, la production ne constitue qu’une part raisonnable de leur produit (25% dans la restauration par exemple). Le regroupement des producteurs en SCOP facilite l’installation de jeunes agriculteurs, la transmission de l’exploitation dans le temps, et rend possible la solidarité financière entre activités agricoles : éleveurs, maraichers, céréaliers… Cette structuration en SCOP permet également de partager les weekends de garde, de poser des congés… sans que le fonctionnement de la ferme ne soit perturbé.

Camille Leveille, Directrice de Dans le Noir ? partenaire cofondateur du projet explique que l’investissement financier et humain dans ce projet a permis à « Dans le Noir ? » de prendre au moins 3 ans d’avance sur le marché de la restauration à Paris en assurant 80% de son approvisionnement en fruits et légumes en Bio de proximité. Et au-delà de mettre en place une véritable stratégie d’économie circulaire. Il était impensable qu’une entreprise socialement innovante comme Dans le Noir ? (50% du personnel est non-voyant) ne soit pas en pointe sur la responsabilité sociale et environnementale conclut Camille Leveille.

Servant de base à des ambitions plus large au niveau du département pour la transition écologique, l’ensemble du projet a été développé sous l’impulsion de Cœur d’Essonne Agglomération sociétaire qui en a confié le pilotage à Fermes d’Avenir (groupe SOS). La région est bizarrement absente du projet.

Le site est situé sur une ancienne base aérienne cédée par l’Etat à l’agglomération Cœur d’Essonne. 75 des 300 hectares sont sanctuarisés pour ce projet qui loue déjà 53 hectares à l’Agglomération. La ferme est située juste en face de l’entrepôt géant d’Amazon. Le choc de deux visions du monde qui se font face.

Reportage et interviews – Arthur Atlas

 

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Previous Story

Un concert « agité » à 2400 mètres d’altitude au cœur du massif des écrins !

Next Story

Alubat : Des bateaux incassables !

Latest from Blog

0 0,00