Jeyssa Marcel, Gloria D'Almeida et Davina Michel, ses trois jeunes boxeuses françaises ont trouvé du travail grâce à l'Apels. © Mackly Ford Cenor

L’Apels : du punch pour l’insertion

/
8 mins read

Gloria, Jeyssa et Davina, ces trois jeunes boxeuses françaises ont trouvé du travail en s’appuyant sur des compétences acquises dans leur discipline sportive.

Ce lundi soir d’octobre 2021, Jeyssa Marcel et Davina Michel commencent à peine leur entrainement dans la salle Daniel Thiébaud du Boxing Club de Garges-lès-Gonesse. Gloria, blessée aux ligaments croisés, assiste avec chagrin aux gestes techniques de ses coéquipières. Depuis six mois, elle ne s’entraine plus… mais ne chôme pas non plus. La jeune boxeuse de 21 ans travaille dans une agence de LCL à Seine-Saint-Denis comme chargée d’accueil depuis plus d’un an. Elle a décroché son emploi grâce au programme “d’insertion par le sport” mis en place par l’Agence pour l’éducation par le sport (Apels). Présente en France depuis 1997, l’association permet à des jeunes sportifs issus des “territoires oubliés” d’être reconnus pour leurs compétences et valeurs et d’accéder à l’emploi.

Arrivée en France en provenance du Togo à l’âge de quatre ans, Gloria obtient la nationalité française en 2017. Après avoir réussi son bac pro gestion administration, l’internationale française entre à l’Insep en tant qu’interne en 2018. Un an plus tard, elle quitte l’institution pour retrouver son club à Garges-lès-Gonesse.  “A l’Insep, j’ai aimé tout ce qui était sport parce qu’on était bien encadrés, on avait un bon staff, mais niveau étude et niveau professionnel, je ne m’y retrouvais pas”, explique-t-elle. “Il n’y avait que des formations liées au sport et cela ne m’intéressait pas du tout”.

Gloria D’Almeida travaille comme chargée d’accueil dans une agence de LCL en Seine-Saint-Denis. © Mackly Ford Cenor

“C’était le premier emploi de ma vie”

En rejoignant son club formateur, la double championne de France cadettes (-48kg) n’a qu’une idée en tête : avoir un emploi à côté de ses activités sportives. Son coach, Emmanuel Dos Santos, qui est aussi représentant de l’Apels dans le Val-d’Oise la met en relation avec le directeur de LCL de l’Ile-de-France, Thomas Gitareau. La jeune sportive a ensuite normalement passé les tests et les entretiens. Elle a signé un CDD de longue durée puis un CDI en juillet 2020. “C’était le premier emploi de ma vie. Je n’avais jamais fait même des petits boulots avant”, dit-elle. “Grâce au sport et à l’Apels, j’ai trouvé ma voie. Parce que si le sport ne faisait pas partie de ma vie, je ne pense pas que le directeur serait autant motivé et prêt à m’aider. Parce que lui aussi était sportif. Il sait que la vie d’un athlète de haut niveau est une vie de précarité. Tout peut arrêter du jour au lendemain”.

Comme Gloria, Jeyssa et Davina ont elles aussi bénéficié de l’accompagnement de l’association pour trouver une formation puis un emploi.

Jeyssa Marcel est animatrice périscolaire dans quatre centres loisirs à Garges-lès-Gonesse. © Mackly Ford Cenor

Jeyssa, 20 ans, cinq fois championne de France en amateur est animatrice périscolaire dans quatre centres de loisirs à Garges-lès-Gonesse depuis janvier 2020. Après son bac, elle voulait étudier le management du sport. Malheureusement sa candidature a été rejetée par l’université dans laquelle elle souhaitait faire ses études. Démoralisée, elle s’est alors adressée à l’Apels. “L’association a payé ma formation de brevet d’aptitude aux fonctions d’animateur (BAFA) et m’a ensuite aidé à trouver des stages”, explique la sociétaire de Boxing Club. Après l’obtention de son diplôme, la jeune boxeuse a signé un CDD renouvelable à la mairie de Garges-lès-Gonesse.

Davina Michel suit une formation en alternance d’assistant dentaire. © Mackly Ford Cenor

Championne de France en 2013, Davina Michel, 23 ans, d’origine martiniquaise vit dans l’hexagone depuis 2018. Avec l’aide de l’Apels, elle suit actuellement une formation en alternance d’assistant dentaire. “Cela m’apporte une stabilité financière et me permet aussi de me former dans d’autres domaines que le sport”, fait savoir la vice-championne de France en 2016. “Sans cette alternance, ce serait compliqué pour moi. Parce que vivre uniquement de son sport, ce n’est pas possible malheureusement”, déplore-t-elle.

Depuis 2019, les coachs d’insertion de l’association ont accompagné 160 jeunes du Val-d’Oise. “On a un taux de réussite de 70%”, se réjouit Emmanuel Dos Santos. “On a remarqué que les jeunes réussissent très souvent dans leur discipline sportive mais ont de grandes difficultés à intégrer le marché du travail”, souligne le coach. “Notre but c’est de les aider à s’insérer dans le monde professionnel en les encourageant à utiliser les compétences acquises dans le sport sur leur lieu de travail comme l’esprit d’équipe, l’entraide, le dépassement de soi,… “.

Afin d’accompagner beaucoup plus de jeunes, l’association ouvrira en novembre une école d’insertion à Garges-lès-Gonesse. L’établissement aura pour objectif d’aider 135 jeunes d’accéder au marché de l’emploi chaque année. Ils bénéficieront d’une formation personnalisée avec des ateliers visant à faciliter la recherche d’emploi et l’insertion dans le monde du travail.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Previous Story

Noyon : Sos Devoirs au secours des enfants

Next Story

Hortense, fleur au fusil

Latest from Blog

0 0,00