A Noyon, l'association Sos Devoirs aide les enfants dont les parents ne maitrisent pas le français à faire leurs devoirs. © Mackly Ford Cenor

Noyon : Sos Devoirs au secours des enfants

/
6 mins read

Marie-Pierre Bedos a créé en 2017 l’association Sos Devoirs afin d’aider les enfants dont les parents ne maîtrisent pas le français à faire leurs devoirs. A travers cette initiative, la septuagénaire lutte contre le décrochage scolaire et aide ces enfants “à avoir confiance en eux et à envisager l’avenir avec espoir”.

16h20. Lundi 27 septembre. Marie-Pierre Bedos et les trois bénévoles de l’association viennent d’ouvrir la porte de la salle Georges Bizet située au rez-de-chaussée d’un immeuble du quartier Saint Barthélémy à Noyon sa ville natale, dans l’Oise. C’est dans cette salle de 45 m2 que les bénévoles aident les enfants de la commune à faire leurs devoirs. Quelques minutes plus tard, ces derniers arrivent par petits groupes, les petits sont accompagnés de leurs parents.

Avant de passer aux exercices, les enfants ont droit à un goûter offert gratuitement par l’Epicerie sociale de la ville. Ce lundi soir, ils sont plus d’une vingtaine à venir prendre des cours de soutien scolaire. Ces écoliers ont tous un point commun : leurs parents de maitrisent pas le français. “Ils ne comprennent pas les leçons, par conséquent ils ne peuvent pas aider leurs enfants à faire leurs devoirs”, explique la présidente de Sos Devoirs. “Un jour un enfant m’a demandé de l’aide pour son devoir de maths. Puis un autre, et encore un autre. Cela a continué pendant plusieurs jours. Quand j’ai vu qu’ils sont près d’une dizaine à venir ensemble, j’ai décidé de mettre sur pied une association”.

Marie-Pierre Bedos a créé l’association Sos Devoirs en 2017. © Mackly Ford Cenor

Irem, élève de 6e prend des cours de soutien scolaire depuis le CE2 et travaille beaucoup mieux à l’école. “A la maison je n’arrive pas à faire mes devoirs toute seule”, dit-elle. “Alors je viens ici et les bénévoles m’aident à les réaliser. On travaille dans une bonne ambiance. J’ai beaucoup progressé”, ajoute la petite fille. Pour Brenda, mère de deux enfants, sans l’aide de l’association, ces derniers auraient “beaucoup de mal à faire leurs devoirs”. “Je rentre tard le soir. Je n’ai pas assez de temps pour les aider”, confie-t-elle.

“Ce n’est pas que les devoirs”

Les cours débutent tous les jours de 16h30 à 18h. Mais les activités de l’association ne se résument pas uniquement à l’aide aux devoirs comme l’explique Marie-Pierre Bedos. Elle les emmène aussi dans des manifestations culturelles organisées dans le département et les a inscrits à la bibliothèque municipale. “Je leur parle aussi du harcèlement à l’école. Je leur explique ce que c’est que ce phénomène. Ce n’est pas que les devoirs. On essaie également de les aider à s’épanouir”, souligne la présidente. Ces moments font le bonheur de la septuagénaire. “Je trouve du plaisir quand je suis avec eux [les enfants]. Ils me donnent plus que je leur donne. Je les vois grandir. Je les vois évoluer. On s’entend tous bien”.

L’association a récemment installé dans la salle trois ordinateurs et deux tablettes avec connexion internet pour apprendre les enfants à effectuer une recherche sur internet. Pour y arriver, la structure a bénéficié de subventions du Département, de la Préfecture de l’Oise, de la Mairie et de l’association Les grands petits pas.

L’inscription est très simple. Il suffit de se présenter avec son enfant à la salle aux heures de cours. Le parent doit payer une cotisation annuelle de 10 euros pour un enfant, de 15 euros pour deux et de 20 euros pour trois. Une réunion est organisée tous les mois avec les parents afin de faire le point sur l’évolution des enfants.

L’association cherche des bénévoles pour renforcer l’équipe. “Avec cet effectif, on n’arrive pas à aider les enfants comme il le fallait”, regrette la native de Noyon. “On aimerait parfois approfondir les exercices avec eux, malheureusement on ne peut pas. On manque de monde”.

Contactez l’association sur leur page Facebook : Sos Devoirs

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Previous Story

AstraZeneca poursuit son engagement environnemental et social

Next Story

L’Apels : du punch pour l’insertion

Latest from Blog

0 0,00